Mairie de Tanguiéta : Pour échapper à sa destitution, le maire Serge Kouagou Simba se réfugie dans les montagnes

Mairie de Tanguiéta : Pour échapper à sa destitution, le maire Serge Kouagou Simba se réfugie dans les montagnes derrière les cascades de Tanougou

Monument_Tanguiéta

Depuis le 28 mars 2013 que 11 sur 15 conseillers communaux ont signé une demande de convocation de vote de défiance, le maire reste introuvable. Il n’est joignable que sur portable et ne répond qu’aux appels du roi sa majesté Kouaro, roi de Taîyakou, son village d’origine.

Appelé à la rescousse, le préfet Gervais N’Dah-Sékou des départements de l’Atacora et de la Donga a été engagé des recherches policières pour retrouver le maire conformément aux dispositions de l’article 8 du décret N°2005-376 du 23 juin 2005 fixant les modalités de destitution du maire précise qu’«en cas d’urgence et d’inaction du maire, l’autorité de tutelle se substitue à lui d’office pour procéder à la convocation de la session de destitution» Mais pour curieux que cela puisse paraître, le 12 Octobre 2010, à la suite d’une convocation d’un vote de défiance suivant le même le scénario les 11 conseillers n’avaient plus jugé nécessaire d’aller au bout de leur action. L’on raconte que c’est au dernier moment que des mains invisibles chargées de billets de banque ont changé le cours de l’histoire.

Aux dernières nouvelles toutes les tentatives de négociations ont échoué, l’individu serait retranché dans des collines montagneuses derrière les cascades de Tanougou avec quelques partisans. Le préfet joint au téléphone confirme que sa destitution est imminente. Cette pittoresque histoire est une aubaine pour les défenseurs du maire qui hurlent à « la concurrence déloyale ». Selon eux, la loi de prorogation du mandat des maires rend inconstitutionnelle toute destitution avant décembre 2013.

Un comptable de la mairie confie son exaspération à notre journaliste : « c’est très difficile, nous sommes obligés matin et soir d’escalader le mur parce que le maire qui a confisqué les clés du portail ». Mais c’est surtout le service de l’état civil qui est complètement désorganisé et depuis le début de la crise toutes les déclarations d’état civil sont transférées à Atakpamé au Togo. Malgré l’arrêté préfectoral instaurant le couvre feu dès 18H, la police dénombre de nombreux incendies nocturnes de voitures. Les populations désemparées en appel à l’intervention du chef de l’état qui reste sourd. Comme on dit dans les cercles fermés de la présidence : « Si ce n’est pas une affaire de coton, ça peut toujours attendre ».

Map highlighting the Atakora Department

Map highlighting the Atakora Department (Photo credit: Wikipedia)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s